Fracture, entorse, arrachement osseux : quelle est la différence ?

Fracture, entorse, arrachement osseux : quelle est la différence ?

FRACTURE, ENTORSE, ARRACHEMENT OSSEUX : QUELLE EST LA DIFFÉRENCE

Si vous vous êtes déjà foulé la cheville, vous savez que l’on fait difficilement pire en termes de douleur aigüe (mise à part une rupture du tendon d’Achille). Si vous avez la tête qui tourne, il se peut que la blessure aille au-delà de la simple entorse et que vous souffriez d’une fracture ou d’un arrachement osseux.

Souvent, le seul moyen de savoir ce que vous avez est de consulter un médecin du sport ou un autre professionnel de santé afin notamment d’effectuer des radios.

LES DIFFÉRENTS TRAUMATISMES

Voici quelques faits sur les blessures musculo-squelettiques :

Les entorses sont un étirement (distension) ou la déchirure d’un ligament, le tissu qui relie deux os. Les ligaments stabilisent et soutiennent les articulations du corps. Par exemple, les ligaments du genou relient la partie supérieure de la jambe à la partie inférieure. Cela vous permet de marcher et de courir.

Les foulures sont une torsion, une traction ou la déchirure d’un muscle et parfois d’un tendon. Les tendons sont des cordons de tissu qui relient les muscles aux os.

Les fractures sont des ébréchures ou des cassures complètes d’un os, souvent causées par des accidents, des blessures sportives ou une faiblesse osseuse.

ENTORSES

Une entorse est causée par l’étirement d’un ligament, potentiellement accompagné d’une déchire partielle, ce qui rend l’articulation (cheville, genou, épaule etc…) non fonctionnelle.

Cela peut être dû à une chute, une torsion ou voir à un coup porté (mais cela est beaucoup plus rare).

Dans le cas d’une entorse légère, un ligament est étiré, mais l’articulation reste fonctionnelle. Une entorse modérée provoque une déchirure partielle du ligament, ce qui incommode l’articulation.

Dans le cas d’une entorse grave, les ligaments se déchirent complètement ou se séparent de l’os. Ce relâchement interfère avec le fonctionnement de l’articulation. Vous pouvez ressentir une déchirure ou un bruit sec dans l’articulation. Bien que l’intensité varie, toutes les entorses provoquent généralement une douleur, un gonflement, une ecchymose et une inflammation.

La cheville est l’articulation la plus fréquemment touchée par une entorse. Et une entorse de la cheville est plus probable si vous avez déjà eu une entorse à cet endroit. Des entorses répétées peuvent entraîner une arthrite de la cheville, une cheville lâche ou une lésion du tendon.

DÉCOUVREZ RELANCE : la chaussure de running Made in France !

Vous êtes un coureur et vous avez envie de faire de la course à pied avec des chaussures Made in France de qualité ? La première paire de Relance est faite pour vous ! 🇫🇷

Une chaussure alliant performance et élégance, développée par une équipe de passionnés et entourée par des testeurs / runners ! 

LES FOULURES

Les foulures aiguës sont causées par l’étirement ou la traction d’un muscle ou d’un tendon. Les foulures chroniques sont le résultat d’une surutilisation des muscles et des tendons par des mouvements prolongés et répétitifs. Un manque de repos lors d’un entraînement intense peut provoquer une élongation.

Les symptômes typiques d’une entorse sont les suivants :

  • Douleur
  • Faiblesse musculaire
  • Inflammation

Dans le cas d’une entorse grave, le muscle, le tendon ou les deux sont partiellement ou complètement rompus, ce qui entraîne une blessure sérieuse. Une entorse modérée, dans laquelle le muscle, le tendon ou les deux sont trop étirés et légèrement déchirés, entraîne une perte de fonction musculaire. Dans le cas d’une entorse légère, le muscle ou le tendon est étiré ou tiré légèrement.

Voici quelques entorses courantes :

Entorse du dos

Cela se produit lorsque les muscles qui soutiennent la colonne vertébrale sont tordus, étirés ou déchirés. Les athlètes qui effectuent des sauts ou des torsions excessives – au basketball ou au volleyball, par exemple – sont exposés à ce risque.

Déformation du muscle ischio-jambier

Il s’agit d’un muscle important situé à l’arrière de la cuisse qui peut se déchirer ou subir une élongation. Cette blessure peut mettre une personne sur la touche jusqu’à 6 mois. La cause probable est un déséquilibre de la force musculaire entre les ischio-jambiers et les quadriceps, les muscles situés à l’avant de la cuisse. Taper dans un ballon de football, courir ou sauter pour marquer un panier peut entraîner une élongation des ischio-jambiers. Les blessures aux ischio-jambiers ont tendance à se reproduire.

LES FRACTURES

Les fractures osseuses, contrairement aux entorses et aux foulures, doivent toujours être examinées par un professionnel de la santé pour s’assurer de leur bonne guérison. Appelez votre prestataire de soins si la douleur ne diminue pas ou si l’os semble déformé. Consultez d’urgence un médecin si vous ressentez un engourdissement, une faiblesse ou une mauvaise circulation dans le membre blessé.

ARRACHEMENT OSSEUX

Un arrachement osseux se produit lorsqu’une force importance est appliqué à un os, créant suffisamment de tension pour déchirer le ligament ou le tendon qui y est attaché. L’arrachement se produit généralement au niveau de l’insertion du tendon ou du ligament sur l’os, comme par exemple au niveau de la malléole externe ou au niveau du pied

Plus fréquent chez les jeunes…

Les arrachements osseux sont plus fréquents chez les enfants et les adolescents car leurs os sont encore en développement et ont des zones de croissance actives, appelées épiphyses, qui sont plus faibles et plus vulnérables aux blessures au pied, à la cheville ou encore au genou.

…Mais peuvent arriver également chez les adultes

Les arrachements osseux peuvent également survenir chez les adultes, en particulier chez les sportifs et les personnes pratiquant des activités physiques intenses. Les causes courantes incluent les accidents de sport, les chutes, les accidents de voiture et les blessures liées au travail.

LES ATHLÈTES SONT LES PLUS VULNÉRABLES

Tous les sports et exercices, même la marche, comportent un risque d’entorse. Les zones du corps les plus exposées à une entorse dépendent des activités sportives pratiquées. Par exemple, le basketball, le volleyball, le football et d’autres sports de saut présentent un risque d’entorse du pied, de la jambe et de la cheville.

Le football américain, le rugby, le hockey, la boxe, la lutte et d’autres sports de contact exposent les athlètes au risque de foulure. Il en va de même pour les sports à départ rapide, comme la course de haies, le saut en longueur et la course à pied. La gymnastique, le tennis, l’aviron, le golf et d’autres sports nécessitant une forte préhension exposent les participants à un risque accru de foulure de la main. Les foulures du coude sont fréquentes dans les sports de raquette, de lancer et de contact.

DIAGNOSTIC ET EXAMEN

Le diagnostic d’une fracture est généralement posé en clinique par un médecin, qui peut utiliser une combinaison d’examen physique et d’imagerie médicale pour confirmer la présence d’une entorse, d’une fracture ou d’un arrachement osseux.

Voici quelques étapes typiques du processus de diagnostic d’un traumatisme :

1. Examen physique

Le médecin examinera la zone douloureuse et cherchera des signes visibles de fracture, tels que des ecchymoses, un gonflement ou une déformation de l’os.

2. Radiographies

Les radiographies sont le test d’imagerie médicale le plus couramment utilisé pour diagnostiquer une fracture. Elles permettent de visualiser l’os et de déterminer si une fracture est présente, ainsi que sa localisation et sa gravité.

3. Autres tests d’imagerie médicale

Dans certains cas, d’autres tests d’imagerie tels que l’IRM ou le scanner peuvent être utilisés pour obtenir des images plus détaillées de l’os et de la blessure.

4. Examen médical approfondi

Le médecin peut également poser des questions sur les symptômes, l’historique médical, les antécédents familiaux et les habitudes de vie pour aider à déterminer la cause sous-jacente de la fracture.

5. Plan de traitement approprié

Une fois que le diagnostic a été posé, le médecin établira un plan de traitement approprié pour aider à guérir et à prévenir toute complication future. Cela peut inclure des mesures telles que l’immobilisation de l’os avec une attelle ou un plâtre, la chirurgie, la thérapie physique ou une combinaison de ces approches.

TRAITEMENTS DES BLESSURES

Une entorse ou une foulure grave peut nécessiter une intervention chirurgicale ou une immobilisation, des séances de rééducation avec un kinésithérapeute. Les entorses et foulures légères peuvent nécessiter des exercices de rééducation et un changement d’activité physique pendant la période de récupération.

En attendant, le repos, la glace, la compression et l’élévation (protocole RICE) aident généralement à minimiser les dommages causés par les entorses et les foulures. Commencez le RICE immédiatement après la blessure. Voici ce qu’il faut faire :

Repos

Bougez la zone blessée aussi peu que possible pour permettre à la guérison de commencer.

Glace

Appliquez immédiatement de la glace pour réduire l’inflammation, qui provoque davantage de douleur et ralentit la guérison. Couvrez la zone blessée avec une poche de glace enveloppée dans une serviette fine pendant environ 15 à 20 minutes, 3 à 4 fois par jour.

Compression

L’utilisation d’un bandage compressif aide à prévenir ou à réduire le gonflement. Utilisez un bandage élastique et enveloppez la zone blessée sans le serrer au point de couper l’approvisionnement en sang. En revanche mieux vaut solliciter une personne expérimenté. Se faire soi-même un bandage à l’arrache trop serré peut à l’inverse faire plus de mal que de bien….

Élévation

Surélevez la zone blessée au-dessus du niveau du cœur. Soutenez une jambe ou un bras tout en le reposant. Vous devrez peut-être vous allonger pour que votre jambe soit au-dessus du niveau du cœur.

Faites les 4 parties du traitement RICE en même temps. Si vous pensez avoir une blessure plus grave, comme une fracture, appelez immédiatement votre médecin.

PRÉVENTION

Personne n’est à l’abri d’une blessure articulaire. Mais voici quelques conseils pour vous aider à réduire votre risque de traumatisme :

  1. Effectuez régulièrement des séances de renforcement musculaire.
  1. Pratiquez le stretching et faites des exercices d’étirement tous les jours.
  1. Portez toujours des chaussures bien ajustées.
  1. Adoptez une alimentation saine et équilibrée. 
  1. Échauffez-vous avant toute activité sportive, y compris l’entraînement, et utilisez ou portez un équipement de protection adapté au sport pratiqué.

CONCLUSION

Glacez et maintenez surélevé et aller voir le médecin et faire une radio et de la rééducation kiné etc… Surtout bien soigné et ne pas reprendre le sport trop rapidement. Rien de pire que reprendre trop tôt.

Retour au blog